La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Colloque sur le VIH

Posté le 15/04/2019

 

Vendredi 12 avril, plusieurs lycées ont eu la chance d'assister à différentes interventions du CESE sur le thème du VIH

C’est quoi le VIH ? C’est quoi le SIDA ? Est-ce que c’est la même chose ? Est-ce que c’est grave ? Est-ce qu’on peut vivre avec ? Peut-on encore avoir des enfants ? Comment est-ce que ça se transmet ? Comment est-ce que je m’en protège ? 

Des questions sur le VIH/SIDA, il y en a plein, on s’en pose plein. D’où l’importance d’un colloque sur le VIH afin d’élucider toutes ces questions. C’est ainsi que plusieurs élèves des lycées (Erik Satie, François Villon, Jean Lurçat, Saint Lambert) se sont réunis vendredi 12 avril dans l’hémicycle du CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental) pour assister à plusieurs présentations d’intervenants (l’association Paris sans Sida, un docteur, une infirmière, deux étudiants en médecine, deux personnes atteint du VIH de l’association Les Actupiens-ennes).   

Le message était clair, oui on peut vivre avec le VIH, oui on peut fonder une famille en ayant le VIH et non il ne faut pas avoir peur d’une personne atteinte du VIH. Comme l’a dit un intervenant “Il y a plus de chance d’attraper le virus par une personne qui ne sait pas si elle est ou non séropositive que par une personne séropositive qui se soigne !”  

 

Mais, l’objectif est bien entendu que ce virus ne se transmette plus, qu’il n’y ait plus de nouvelles personnes attrapant celui-ci. Et pour cela, il y a deux choses à faire :  

  • Se faire dépister dans un laboratoire, centre de dépistage ou en achetant un test en pharmacie et ce régulièrement. 

  • Se protéger. Plusieurs méthodes : le préservatif, le TEP (traitement Post-exposition), le Tasp (traitement comme prévention), la PrEP (Prophylaxie pré-exposition). Plus d’information sur https://www.aides.org/les-outils-de-prevention-vih-sida 

Même si des traitements existent pour vivre avec le VIH, ils ne permettent pas de guérir totalement, ils permettent uniquement de rendre le virus inefficient (permettant par exemple d’avoir des rapports sexuels non protégés sans qu’il y ait de risque de transmission ou à une femme séropositive d’avoir des enfants sains). Et n’empêche pas que les séropositifs ont plus de risque d’attraper un cancer ou d’avoir des problèmes cardiaques par exemple. 

 

Des témoignages qui ont été fait, un des éléments le plus compliqué pour une personne atteinte du VIH est le regard des autres. Le premier regard que te lance un ami, l’hésitation d’un frère, le mouvement de recul d’une mère lorsque tu lui apprends que tu es séropositif. Il y a cette peur chez beaucoup de personnes, la peur de se voir transmettre ce virus, la peur qu’on ne soit plus le même. Mais cette peur est infondée, elle n’est souvent que le fruit d’une méconnaissance, d’aprioris, d’idées reçues sur ce virus.  

D’où l’importance d’en parler, d’apporter des informations concrètes, de transmettre des témoignages pour rétablir la vérité, la réalité sur ce qu'est le VIH.  

 

Après que les jeunes aient écouté les différentes interventions dans l’hémicycle du palais de l’Iéna, trois groupes ont été constitués afin que les élèves proposent des idées concrètes pour parler du VIH au sein de leurs établissements respectifs afin que le flambeau de la connaissance soit transmis à ceux qui n’ont eu la chance d’être présent ce jour-là. A l’issu d’une demi-heure de discussion en petit groupe, tout le monde est retourné dans l’hémicycle et deux ou trois représentant de chaque groupe ont partagé leurs idées à tous.  Ils ont été très inventif en proposant d’utiliser les réseaux sociaux, d’organiser des réunions annuelles, de former des élèves pour qu’ils interviennent dans chaque classe, d’utiliser les écrans des établissements pour passer des témoignages et autres informations sur le VIH, …  

Il ne reste plus qu’à espérer que toutes ces bonnes idées se voient concrétisées dans un futur proche et que le VIH n’appartienne plus qu’au passé dans les années à venir !